Le blocus. Napoléon et le blocus maritime - Pointe de Bretagne 1793-1815

  • Auteur : Jean-Jacques Grall
  • Paru le : 29/03/2024
  • Éditeur : Locus Solus
  • Collection(s) : FIN DE SERIE -
  • Nombre de pages : 280
  • Format : 24 x 16,7 x 2,7 cm
  • Poids : 542 g
  • Référence : 9782368334942
24.00

En stock, expédié aujourd'hui

Résumé

De 1793 à 1815, la France fait face au plus long conflit maritime de son histoire, marqué pourtant par deux seules grandes batailles : Aboukir en 1798 et Trafalgar en 1805. Mais le blocus maritime qu’imposent les  Britanniques se ressent durement sur les côtes, et plus particulièrement celles de la Bretagne. Nous sommes alors en pleine période napoléonienne et le premier consul Bonaparte sera sacré empereur en 1804.
Le blocus maritime est une réponse directe au blocus continental imposé par Napoléon et ses vassaux et alliés, de l’Espagne à la Russie, visant à étouffer l’économie de la perfide Albion.
Car celle-ci est maîtresse des mers et la flotte française est réduite à néant ou immobilisée dans les ports sous la menace constante des canons anglais qui interdisent toute sortie. Les matières premières issues des colonies et les marchandises manquent, les descentes ennemies se multiplient, affolant les défenses côtières, les espions font florès, les îles de la mer d’Iroise sont un enjeu important…
La réponse militaire est entravée, mais des initiatives plus modestes de harcèlement sont prises, visant à percer le blocus ou à arraisonner des vaisseaux marchands : c’est la guerre “de course” qui voit les populations littorales et les marines s’adapter à la contrebande, soit pour la favoriser, soit pour la combattre, suivant à quelle rive de la Manche elle entend servir… Le conflit ne se limite pas au littoral breton, loin s’en faut ! Cependant, un de ses lieux emblématiques est sans conteste l’Iroise, large porte d’accès du port de Brest. Pendant plusieurs années, malgré quelques nuances, les seules voiles qu’on peut y voir sont… anglaises. Le canal de Nantes à Brest sera une autre réponse de Napoléon pour tenter d’amoindrir les effets du blocus sur les voies de circulation.
Cette « guerre des côtes » est ici évoquée avec brio par Jean-Jacques Grall, fruit d’un patient travail de collecte d’archives et d’analyse de ses épisodes les plus marquants. Parfois, la réalité dépasse la fiction et on se retrouve plongé dans des aventures dignes des plus beaux scénarios hollywoodiens !